accès pro
en fr

Présentation

Créée en 1988, Diphtong Cie est dirigé par l’auteur, metteur en scène et scénographe, Hubert Colas. La compagnie est installée à Marseille depuis 2001 et tourne en France et à l’étranger. Hubert Colas a monté, avec Diphtong Cie, nombres de ses textes (Temporairement épuisé, Sans Faim & Sans Faim… (2), Le Livre d’or de Jan, et plus récemment Texte M) mais aussi des textes d’auteurs contemporains tels que Christine Angot, Sonia Chiambretto, Martin Crimp, Rainald Goetz, Witold Gombrowicz, Sarah Kane, Annie Zadek…

+ d’infos

l'actualité diphtong

TEXTE M

TEXTE M

Hubert Colas

1er et 2 novembre 2016
à L’Usine C, Montréal

en savoir +
Une Mouette et autres cas d’espèces

Une Mouette et autres cas d’espèces

Édith Azam, Liliane Giraudon, Nathalie Quintane, Annie Zadek

30 novembre - 1er décembre 2016 à Bonlieu Scène nationale d’Annecy
12 - 22 janvier 2017 à Nanterre-Amandiers CDN
26 janvier 2017 au Théâtre de Coisy-le-Roi

en savoir +

Hubert Colas - scénographe

Hubert Colas - scénographe

2666
d’après Roberto Bolaño / adaptation et mise en scène : Julien Gosselin / scénographie : Hubert Colas
musique : Guillaume Bachelé et Rémi Alexandre / lumière : Nicolas Joubert
vidéo : Jérémie Bernaert, Pierre Martin / son : Julien Feryn / costumes : Caroline Tavernier

avec : Rémi Alexandre, Guillaume Bachelé, Adama Diop, Joseph Drouet, Denis Eyriey, Antoine Ferron, Noémie Gantier, Carine Goron, Alexandre Lecroc, Frédéric Leidgens, Caroline Mounier, Victoria Quesnel, Tiphaine Raffier

Après le renversant Particules élémentaires, Julien Gosselin s’attaque au roman-monde d’un auteur chilien disparu en 2003. Une oeuvre monumentale brassant genres, époques, villes et personnages dans un maelström de sensations multiples. Une homérique traversée au long cours qui pourrait faire date. Cette fresque de douze heures est une plongée exceptionnelle dans une oeuvre littéraire.


- 18 & 25 juin 2016 au Phénix, scène nationale Valenciennes
- 8-16 juillet 2016 à La Fabrica, dans le cadre du Festival d’Avignon
- 30-31 juillet 2016 au Festival d’Athènes et d’Epidaure – Théâtre Mégaron
- 10 septembre - 16 octobre 2016 à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, Paris
- 26 novembre - 8 décembre 2016 au TNT – Théâtre National de Toulouse
- 7 janvier 2017 au Quartz, scène nationale de Brest
- 14-15 janvier 2017 au MC2 : Grenoble, scène nationale
- 11-26 mars 2017 au Théâtre National de Strasbourg
- 6 mai 2017 à La Filature, scène nationale de Mulhouse
- 17-21 mai 2017 à Stadsschouwburg Amsterdam

© Simon Gosselin

TEXTE M

CRÉÉ EN 2015

TEXTE M

CRÉÉ EN 2015

Texte, mise en scène, scénographie et interprétation : Hubert Colas

en collaboration artistique avec :
Assistanat à la mise en scène : Sophie Nardone
Vidéo : Pierre Nouvel
Lumières : Fabien Sanchez
Son : Frédéric Viénot
Costumes : Fred Cambier, assisté d’Edgar Fichet
Travail du mouvement : Odile Cazes-Laurent
Régie plateau : Olivier Achez

Production : Diphtong Cie
Avec le soutien de : montévidéo, créations contemporaines (Marseille)
Texte M est publié aux Editions Actes Sud-Papiers (2004)

> Créé au Théâtre Sorano à Toulouse, les 19 et 20 mars 2015
Présenté par le théâtre Garonne et les théâtres Sorano - Jules Julien (Toulouse)


À l’origine Texte M. est une réponse à la commande proposée par l’Artchipel - Scène Nationale de Guadeloupe et Moïse Touré de la Cie Les Inachevés sur le thème « Contre quoi se rebeller aujourd’hui ? », à l’occasion du bicentenaire de la révolte des Guadeloupéens opposés au retour de l’esclavage.

Texte M., c’est l’histoire d’un homme face à sa liberté retrouvée. Ancien esclave, il affronte la solitude du monde moderne. Hanté par le souvenir de son asservissement, il erre au fond d’un trou en proie aux exigences de sa nouvelle condition d’homme libre. Il tente de découvrir ce « monde meilleur », conjuguant ce nouveau savoir-vivre avec ironie, dérision et hallucination.
Texte M., c’est cet homme en perte d’équilibre avec le nouveau monde qui l’entoure. Il ne sait pas comment l’entreprendre, il voit les humains comme des animaux prêts à tout. Il ne saisit plus ce qu’il entend, ne connaît pas de chemin tranquille - chaque nouveau signe devient le lieu d’une conquête pour sa liberté.
Texte M., c’est ce monologue vertigineux d’un être coincé dans un trou. Un être pensant, un être rêvant, un être rebelle. Un monologue souterrain. Une langue qui nous permet de pénétrer à l’intérieur d’un esprit et de toucher au point de séparation irrémédiable entre « je » et les autres. L’ironie et l’humour deviennent peu à peu les mots clefs de sa liberté.

TEXTE M. : DEBOUT !

Dans ce monologue impétueux, un homme rêveur et rebelle tente de faire le point entre un passé terrible et un avenir improbable. Hubert Colas, qui a publié ce texte il y a dix ans, le met en scène et l’interprète aujourd’hui.

Cela faisait plus de 10 ans que vous n’aviez pas joué...
Oui, c’est un besoin et une envie de me mettre à la place de l’acteur, de la redécouvrir aujourd’hui avec ma propre écriture. C’est comme boucler quelque chose, peut-être pour repartir ensuite vers d’autres aventures, en comprenant mieux la place de l’acteur et comment l’aider à aller plus loin.

Texte M. est-il plutôt optimiste - il évoque l’idée de « nouveau départ » - ou plutôt
pessimiste, à cause de ce que cet homme a vécu ?

Je pense que c’est un texte présent qui porte vers une réflexion positive. J’ai envie de dire qu’il a la tonalité d’une satire de notre société. Dans le texte, à un moment, le personnage dit « ne bougeons pas, ne bougeons pas puisque personne ne bouge » : c’est une critique de notre société très individualiste. On le voit au niveau de l’individu, mais ce protectionnisme est vrai quelle que soit l’échelle.

C’est un texte politique ?
J’ai l’impression, en le travaillant en ce moment, qu’il a une résonance politique, mais
humaniste, pas partisane. Si on se révolte à un moment donné, c’est contre soi-même d’abord, de façon à ce que notre engagement personnel se mette à exister et contamine les gens qui sont autour de nous. La rébellion passe par soi pour ne pas s’endormir !

Propos recueillis par Valérie Lassus, Clutch #28, mars 2015

« (…) Un trou. La mise en scène est organisée comme si cet homme se trouvait à l’intérieur d’un trou. Que représente-t-il ? Chacun peut y voir ce qu’il entend : asservissement, espace personnel et possessivité, métaphore des problèmes et difficultés... Il y a beaucoup de choses dans ce trou. Et dans celui du voisin ? Puisque chacun semble avoir le sien, pourquoi ne pas regarder dans ceux des autres ? D’ailleurs, n’empiètent-ils pas sur le mien ?
(…) L’Autre est tantôt regard, envie, désir, tantôt ami ou ennemi, voisin embêtant, menaçant, rival. C’est dans cette confrontation avec l’altérité qu’apparaît le sujet principal : le moi, incarné par le personnage sur scène. Le voici parmi la foule, dans la société, contre la société, tentant de s’en échapper. On le voit protégeant ses biens, ce qui lui appartient. Partager ? Non ! Un deuxième ? Non ! Seul ! Il est seul, veut être seul. S’il se sent menacé, s’il a le moindre doute, il peut tuer... »

Sandra Ferrara, Le clou dans la planche (Toulouse)

Credit photo : Charly Nijensohn

Une Mouette et autres cas d’espèces

Création 2016

Une Mouette et autres cas d’espèces

Création 2016

LIBRE REECRITURE DE LA MOUETTE D’ANTON TCHEKHOV

Réécriture : Édith Azam, Liliane Giraudon, Nathalie Quintane, Annie Zadek
Prologue : Jacob Wren
Epilogue : Angélica Liddell
Avec la participation de Jérôme Game et Florian Pautasso

Mise en scène et scénographie : Hubert Colas
Avec : Céline Bouchard-Cadaugade, Heidi-éva Clavier, Jonathan Drillet, Valère Habermann, Florian Pautasso, Vilma Pitrinaite, Thierry Raynaud, Yuval Rozman, Cyril Texier, Laure Wolf

Assistanat à la mise en scène : Sophie Nardone
Vidéo : Pierre Nouvel
Lumières : Hubert Colas et Fabien Sanchez
Son : Frédéric Viénot
Costumes : Frédéric Cambier en collaboration avec Alexandre Chagnon
Avec la collaboration artistique d’Alain Gautré (travail autour du clown)
Préparation vocale : Sophie Hervé
Chef de chant : Thomas Tacquet
Remerciements à SPRUNG Frères pour les fourrures

Production : Diphtong Cie
Coproduction : Théâtre du Gymnase-Bernardines (Marseille), Nanterre-Amandiers - Centre Dramatique National, Bonlieu Scène nationale Annecy, Pôle Arts de la Scène - Friche la Belle de Mai (Marseille), Théâtre Paul Eluard de Choisy-le-Roi - Scène conventionnée pour la diversité linguistique, Théâtre Anne de Bretagne (Vannes), Théâtre d’Arles, Scène conventionnée pour les nouvelles écritures
Avec le soutien du FIJAD, Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, D.R.A.C. et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de montévidéo, créations contemporaines et du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône - Centre départemental de créations en résidence
Pour ce projet, Hubert Colas et Diphtong Cie ont été accueillis en résidence à la Fondation Camargo, à Bonlieu Scène nationale Annecy et à Nanterre-Amandiers - Centre Dramatique National.

DATES DE TOURNEE
> Création du 26 au 30 avril 2016 au Théâtre du Gymnase, Marseille
- 30 novembre - 1er décembre 2016 à Bonlieu scène nationale Annecy
- 12-22 janvier 2017 à Nanterre-Amandiers
- 26 janvier 2017 au Théâtre Cinéma Paul Eluard, Choisy-le-Roi


Revisiter La Mouette. Revenir à elle en la considérant non comme un monument, mais comme un fondement, le point de départ de questionnements à éprouver depuis le présent. Pour sa nouvelle création, Hubert Colas a proposé à six auteurs contemporains de s’approprier les personnages et situations imaginées par Tchekhov pour parler, à leur tour, du monde, de l’art, de la littérature et de l’amour. Tréplev, Trigorine, Arkadina, Nina : ils sont tous là, sans compter quelques figures du répertoire, qui hantent la scène et nous entraînent dans une troublante radioscopie. Le résultat est une pièce multiple, qui ne se laisse enfermer dans aucune forme, tantôt comique, tantôt tragique, maniant le mélodrame et la mise en abyme, flirtant parfois avec le manifeste. Une pluralité de langages pour mieux traduire nos rêves, nos peurs et nos confusions. Un va-et-vient permanent entre le théâtre et la vie, où la mouette a encore beaucoup à dire sur les drôles d’oiseaux que nous sommes.
Laurence Pérez

Photo : Sophie Nardone

Diphtong Cie - Hubert Colas - 3, impasse Montévidéo 13006 Marseille - Tél : 04 91 04 68 41 - info@diphtong.comcrédits